Linux : les commandes


Je vous l’avais promis, voilà les commandes Linux !!! (Je compléterai au fur et à mesure du temps).

Télécharger le PDF

CheatSheet – Commandes Linux


Remarque : J’utilise le gestionnaire APT (apt-get…)

Pour être bref et concis, apt-get est un logiciel qui s’utilise sous votre terminal (en ligne de commande donc) vraiment très simple à utiliser qui permet la gestion des paquets. Autrement dit : il permet d’installer, de désinstaller, de mettre à jours vos logiciels. Ce n’est pas le seul gestionnaire, mais c’est le plus connu et le plus usité et utilisé. Sur fedora vous rencontrerez YUM, qui s’utilise quasiment de la même façon à quelques petites différences près (yum install <nom du paquet>). Rendez vous sur cet URL pour en savoir plus.


Linux : les commandes

Commandes régulières

ls Liste des fichiers du répertoire

cd Déplacement dans l’arborescence des fichiers

Exemple : cd /etc Positionnement sur le répertoire etc

cd .. Positionnement sur le répertoire précédent

pwd Nom du répertoire courant

mkdir prog Création du répertoire prog

Aide

man Obtenir les informations sur une commande dans le manuel
Exemple : man ls >> Plus d’infos sur la commande ls

help Obtenir de l’aide sur une commande interne au shell

apropos et whatis brève description de la commande

Écran

clear « efface » ce que vous voyez sur votre terminal

reset efface ce que vous voyez sur votre terminal

less et more « réduire » l’affichage sur votre écran, pour prendre le temps de tout lire.

Éditeurs de texte

ed ,vi, emacs
Ces trois commandes peuvent être précédés soit d’un nom de fichier existant :
vi prog.c édition du fichier prog.c
emacs prog.c édition du fichier prog.c

Fichiers & répertoires

ls -l Liste des fichiers en affichant les droits

ls -a Liste des fichiers en affichant les fichiers cachés (indiqués par un point ex : .toto)

ls -i Liste des fichiers en affichant les inodes de ces fichiers

rmdir prog Effacement du répertoire prog s’il est vide !

rmdir -rf prog Effacement du répertoire prog (r pour récursive, et f pour force)

cp prog1.c prog2.c Copie du fichier prog1.c dans prog2.c. Si prog2.c n’existe pas il va créer prog2.c. L’inode de prog2.c sera différent de prog1.c.

rm prog1.c Effacement du fichier prog1.c. A éviter : rm -rf /

mv prog1.c prog2.c Renommage ou déplacement du fichier prog1.c en prog2.c

Exemple : mv prog1.c ../toto/prog2.c/ copie prog1.c dans un autre répertoire sous le nom de prog2.c (Le slash en rouge est obligatoire, on « indique » que c’est un répertoire).

stat permet d’afficher les caractéristiques de base de fichier(s)

touch permet de modifier les caractéristiques de dates de fichier(s). Cette commande permet également de créer un (ou des) fichier(s) vide(s)

Exemple : touch fichier.txt Crée le fichier vide fichier.txt s’il n’existe pas, sinon change la date de dernière modification du fichier.

file permet de déterminer la convention de structure que respecte le contenu du fichier (donc son type applicatif)

Manipulation de texte

wc prog.c Nombre de lignes, de mots, de caractères, du fichier prog.c

cat prog.c Affiche le contenu du fichier prog.c.

cat fichier1 fichier2 Affiche le contenu du fichier1 puis de fichier2. C’est une concaténation.

cat > toto On va pouvoir écrire dans le fichier toto, puis pour sortir du mode texte en appuyant

sur Ctrl+D.

cat > toto << n'importe quoi On va pouvoir écrire dans le fichier toto, puis pour sortir du mode texte au lieu de faire Ctrl+D, il suffira de taper « n’importe quoi » (exemple : cat > titi << eof, vous écrivez « eof », et à ce moment là vous sortez du mode édition).

cat a.txt >> b.txt Copie du fichier a.txt au bout du fichier b.txt.

grep Affiche les lignes qui contiennent une expression régulière donnée, egrep (grep étendu)

est plus riche en possibilités.

Exemple : grep « main» » prog.c Affiche toutes les lignes du fichier prog.c contenant main.

cmp a.txt b.txt Compare deux fichiers.

diff a.txt b.txt Affiche les différences entre les deux fichiers.

head fichier.txt Affiche les dix premières lignes de fichier.

head -n 5 fichier.txt vous permettra d’afficher uniquement les 5 premières lignes.

head fichier1 fichier2 Affiche les dix premières lignes de fichier1 puis les dix premières de fichier2 (même principe pour tail fichier1 fichier2).

tail fichier.txt Affiche les dix dernières lignes. De la même manière qu’avec head, tail -n 5 fichier.txt affichera les 5 dernières lignes.

Lire un pdf à partir du terminal X.

Une commande qui devrait vu plaire : ouvrir le visionneur de pdf à partir du terminal.

C’est exactement la même procédure que pour ouvrir votre navigateur ou emacs : <nom du paquet> <nomdufichier>.pdf (ajouter & si vous souhaitez le lancer en arrière plan). Le problème est de savoir quel visionneur est installé ! Sous ubuntu, généralement, il s’agit d’evince (evince fichier.pdf &). Mais il en existe plein d’autres ! Pour vérifier qu’il est bien installé, entrez cette commande : apt-cache policy evince |grep Installé . Vous saurez alors si le logiciel est installé. S’il ne l’est pas, entrez cette commande : sudo apt-get install evince. (Remarque : Il s’agt de la commande valable pour debian et ses dérivés, à vous de « traduire » si vous a vez une autre distribution, par exemple sur fedora ce sera yum install evince). Mais rien ne vous empêche d’en installer un autre !

Voici une liste des visionneurs disponibles :

  • Evince : le visionneur de documents de GNOME (avec intégration à Firefox).
  • Okular : le visionneur de documents de KDE.
  • Adobe Acrobat Reader : pas la peine de le présenter lui, cher windowsiens.
  • ePDFView : un visionneur de documents PDF libre et léger.
  • xpdf : visionneur de PDF très léger.
  • Foxit Reader
  • pdfcube : visualiseur de PDF avec effets 3D (pdfcube).

Permissions, etc.

chmod a+r fich.htm Permission de lecture pour tous du fichier fich.htm

sort fich.txt Tri du fichier fich.txt.

who : Pour connaître qui est présent sur le terminal

  • who -r : Même chose que runlevel
  • who -b : date de dernier boot (basé sur /proc/uptime1)

who am i Voir quel est le login initial

runlevel donne le niveau d’exécution du système.

Processus

kill Envoyer un message à un processus donné, généralement pour y mettre fin.

Exemple : kill % 1 ou kill 1640 (1640 est ici le PID d’un processus lancé).

Remarque : ^Z (Ctrl+Z) Arrêt du processus

Recherche

find Recherche, à partir d’un répertoire, de fichiers ayant des caractéristiques données.

4 réflexions sur “Linux : les commandes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s